Le flash inonde d’Imlil


Les habitants de la vallée d’Ait Mizane sont habitués aux crues soudaines saisonnières. La fonte des neiges au printemps et les tempêtes d’été font partie du cycle de vie annuel des montagnes du Haut-Atlas. Cependant, rien n’aurait pu préparer les habitants d’Imlil aux événements du 17 août 1995. Ce jour-là, 70 millimètres de pluie sont tombés en  deux heures et demie seulement, provoquant l’écrasement d’un mur d’eau de six mètres dans les vallées environnantes, tandis que l’Ait Mizane lui-même a fait éclater ses berges, manifestement incapable de faire face à 27 fois le volume moyen d’eau.

Bien sûr, les dommages qui en ont résulté ont été dévastateurs, bien que la confusion ait été telle que les chiffres officiels sont devenus incertains même sur l’ampleur des pertes de vie. Il semble que jusqu’à 150 personnes, dont jusqu’à 60 touristes, ont été tuées, tandis qu’une quarantaine de véhicules, stationnés près de la rivière principale, ont simplement été emportés. Alors que le rez-de-chaussée du refuge des FAC était rempli de rochers et de limon recroquevillés par la rivière. L’hôtel Café Soleil a été arraché avec seulement un coin restant debout. Pour les villageois, leurs réserves alimentaires et leurs terres agricoles ont été dévastées.

Le gouvernement marocain, bien qu’il ait réagi rapidement à l’urgence, a eu besoin de quatre jours pour dégager la route dans le village avant que l’accès ne soit à nouveau possible depuis le nord.

Les effets sont en direct. Alors que de vastes étendues de terres cultivées antérieurement sont encore enfouies sous les débris des inondations, des vergers de noyers déracinés, qui ont chacun besoin de 15 ans pour arriver à maturité, n’ont été remplacés que récemment. Regardez attentivement et vous verrez que les rives de la rivière Ait Mizane, qui traverse Imlil, sont maintenant renforcées de béton.


Nos derniers articles

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Nos plus belles stories. Toutes les semaines.

>